T’es pas un deuxième choix.

Je me suis longuement demandée si je devais aborder ce sujet ici. Parce que ça me semble très « personnel » de me dévoiler ainsi, devant vous.

Puis, je me suis rappelée ma mission et ma vision. Et je me suis dit que certaines d’entre vous se reconnaitraient peut-être dans mon texte.

Je me suis mise moi-même dans une position de deuxième choix trop souvent dans ma vie. Dans mes amitiés, dans mes relations avec les hommes et même au travail.

  • Ne pas prendre trop de place.
  • Ne pas oser.
  • Ne pas assumer qui et ce que je suis.
  • Ne pas prendre parole et dire le fond de ma pensée.

J’ai accepté plus souvent qu’à mon tour d’être la deuxième. De ne pas être l’élue. Même si ce rôle peut avoir certains avantages, crois-moi, il est aussi synonyme de souffrance, d’anxiété et de peines immenses.

Pourquoi? Pourquoi j’ai accepté tout ça?

Pour être aimée. Parce qu’être aimée, même à moitié, c’est déjà mieux que d’être toute seule.

Jusqu’au jour où j’ai réalisé que même à deux, tu peux te sentir plus seule que jamais. Que le fait d’être à moitié accompagnée ne faisait pas de moi une personne moins seule et plus aimée.

Je n’ai plus envie de me contenter.

Je ne veux plus jamais me contenter. Je ne veux plus jamais me taire pour plaire. Je ne veux plus être une parmi tant d’autres. Je refuse désormais d’être un deuxième choix. Dans toutes les sphères de ma vie.

Ça semble égoïste? Égocentrique peut-être? Si tu savais à quel point ça ne me dérange pas.

Je veux être entourée de personnes qui m’ont choisi MOI, pour qui je suis entièrement. Je souhaite avoir des amies, des collègues et un amoureux qui seront là pour moi no matter what. Pas seulement quand ça fonctionnera dans leur agenda. Je mérite et tu mérites aussi d’avoir des personnes qui t’aiment et qui sont dévouées à cette relation qui vous unit.

 

Je ne suis pas une chose. Je ne suis pas un objet. Je ne suis pas une option.  Je ne suis pas celle qu’on appelle en dernier.  Je ne suis pas celle qui va te dépanner.

Répète après moi :

« Je suis extraordinaire. Je suis exceptionnelle. Je suis assez. »

Avec tout mon amour,

Audrey