fbpx

Je suis fucking imparfaite.

… et je te le souhaite tout autant.

J’ai longtemps voulu être parfaite. Je voulais qu’on m’aime, qu’on me trouve drôle, juste assez et surtout pas trop. Je longeais les murs par peur de déranger. Je ne parlais pas trop fort et je ne disais pas non plus ce que je pensais, par crainte d’être rejetée et de ne plus être aimée.

Je me sentais intimidée par à peu près tout le monde qui avait, ne serait-ce qu’un millimètre de confiance en soi, parce que moi, je n’en avais pas. Je n’osais pas m’affirmer, mettre mes limites et le pire, c’est que j’avais juste la chienne d’exister. Être moi-même me semblait être la pire des idées. Really.

Si tu me connais ne serait-ce qu’un peu, j’imagine ton regard surpris en me lisant aujourd’hui…

Ça a fonctionné pendant bon nombre d’années. J’avais beaucoup d’amies, j’arrivais à devancer les besoins de tout le monde et je répondais aussi à leurs attentes en faisant exactement ce qu’ils souhaitaient.

Beige, beige, beige.

La fille mature qui a une vie ben standard, qui travaille de 8h à 16h, qui fait son ménage, son lavage et sa meal prep le dimanche parce qu’une personne adulte, c’est comme ça que ça doit vivre. Celle qui pense aux anniversaires, aux événements spéciaux jusqu’aux rendez-vous chez le médecin des enfants de ses amies. Intense. Ben intense. Mais tellement fine, tellement présente, hein? En apparence, tout le monde étant content… jusqu’à ce que je me rende compte que j’étais triste, amère et malheureuse.

Ce feeling dégueulasse de te rendre compte que tu vis comme un robot et que tu ne sais même plus qui tu es, ce que tu aimes, ce qui te passionne et ce que tu rêves de faire. Tu connais?

Le temps a passé depuis… J’ai changé et je ne suis toujours pas parfaite. Je ne veux plus jamais essayer de l’être non plus. Je suis fucking imparfaite et ça me va très bien. Plus je vieillis, plus je me rends compte de mes défauts, de mes travers… appelle ça comme tu veux, et plus je les aime. Ils font partie intégrante de la personne que je suis et ça me rend extraordinaire. Rien de moins. J’ai aussi une tonne de qualités que j’assume complètement. D’ailleurs, pourquoi on se sent mal de les nommer, mais qu’on est parfaitement à l’aise de garrocher une liste de 40 de nos défauts à des inconnus? Ça va? 

Je me suis rendu compte que je n’arriverai jamais à me faire aimer de tout le monde, et que c’est ben correct parce que ça m’arrive aussi de ne pas aimer quelqu’un. Je me suis aperçu que je me sentais tellement bien quand je faisais des choses que j’aimais réellement et quand j’osais. Oser, un mot que j’avais pratiquement oublié. À se demander s’ils ne l’ont pas ajouté au dictionnaire seulement en 2015 dans mon cas…

Durant toutes ces années, du haut de mon impression de miss perfection, j’en ai commis des erreurs. Des tonnes. Même si je souhaitais au plus profond de mon cœur ne jamais blesser personne, ça m’est arrivé de le faire et je suis consciente que ça m’arrivera encore des dizaines (des centaines?) de fois. Être, s’accepter, s’assumer, oser, dépasser ses peurs, se tromper, faire des erreurs, c’est ben plate, mais ça implique parfois de décevoir… parce que ça confronte.

Ça confronte ceux et celles qui se sentaient exactement comme moi, et qui choisissent encore leurs vies en fonction des autres. Ça confronte les autres à la vraie toi… et peut-être qu’ils ne sont pas prêts à ça. Ça te confronte aussi toi, au fait que tu ne t’es peut-être pas aimé comme tu aurais pu… Mais au final, tu sais quoi? Le plus important, c’est ce que tu as appris de ça, ce que tu deviens, ce que tu en feras.

Coach, coaching

Ose être, rire, aimer, rayonner, te tromper, essayer, crier, danser.

Peu importe ce que tu feras, tu ne pourras jamais être parfaite pour tout le monde et il y aura toujours des regards et des mots à ton sujet prononcés tout bas.

Je suis drôle, baveuse, impulsive, loud, belle, optimiste, ambitieuse, un peu chialeuse, et dans ma vie, j’ai osé me tromper souvent et j’ai appris à le faire sans jugement. J’ose m’affirmer, au risque de choquer. Je dérange parfois parce que je suis moi. Mon authenticité, ma transparence et ma spontanéité sont autant aimées que détestées.

La vérité? Je suis fucking imparfaite et je te le souhaite tout autant.

Apprends à t’aimer entièrement, à te pardonner, à t’écouter. Tout ce qui se cache à l’intérieur de toi te rend unique et c’est justement ça ma définition de la perfection.

Surtout, rappelle-toi ceci :

« Ce que je suis suffit ».

Avec tout mon amour,

Audrey xx